Accueil Exploration Cap Horn Terre de Feu Vidéos À propos
patagonie-terre de feu-cap horn
CONTACT PROGRAMME NAVIGATION ACCUEIL
Croisière exploration
Selectour SylvherVoyages Selectour SYLVHERvoyageS
Selectour SylvherVoyages

Paiement sécurisé

Nos partenaires

Nous allons vous faire aimer le monde …

Bons Plans Voyages

Réservation en ligne

Offres exclusives   

Croisière sur le Rhin

Brochures de voyages

Vol + Hôtel

Cours séjours / Week-end

Séjours

Circuits

Croisières   

Location de vacances

Clubs

Croisières Club Med

Dernières Minutes

Selectour SYLVHERVoyages Développement de la terre de feu ushuaia

Colonisation de la Terre de Feu

UshuaiaPeuplement moderne :

La fièvre de l'or

En 1884 est découvert par hasard au cap des Vierges (entrée du détroit de Magellan, vers l'Atlantique) de l'or en paillettes que la mer avait accumulé durant des millénaires dans le sable de la plage. Ce fait déclencha une fièvre de l'or sur la plupart des plages de Terre de Feu exposées au ressac de l'océan Atlantique, jusqu'aux îles les plus reculées. L'on ne peut omettre d'évoquer ici le fameux roumain Jules Poppers qui installa des lavoirs orifères et tenta d'imposer une éphémère dictature en Terre de Feu, avec monnaie et timbres postaux inclus. Son histoire à inspiré plusieurs romans et nouvelles, de même qu'un film.

Cette folie du métal jaune attira principalement des milliers de Croates sur l'île Grande de Terre de Feu, les îles Lennox, Nueva, Hoste et même jusqu'au cap Horn entre les années 1888 et 1895. Nombre de ces chercheurs d'or se sont ensuite installés à Ushuaïa, Punta Arenas ou sur l'île Navarino.

● Les missionnaires

La première tentative d’évangéliser les Yagans est l’oeuvre Fitz Roy lors de son débarquement à Wulaia, sur l’île Navarino, accompagné du jeune missionnaire Richard Matthews (janvier 1833). Fitz Roy voulait profiter du retour des trois fuégiens « éduqués » en Angleterre pour essayer d’établir un pont entre les civilisations yaghanes et anglaises. L’agressivité des Yagans fit échouer l’expérience au  bout de 10 jours et Fitz Roy réembarqua Matthews.

En 1841, un officier de la Marine britannique à la retraite, Allen Gardiner, fonde à Londres la Patagonian Missionary Society. Après une vaine tentative dans le Détroit de Magellan, Gardiner débarque sur l’île Picton avec 6 volontaires en décembre 1850. Les premiers contacts avec les Yahgans n’étant pas du tout pacifiques, ils se réfugièrent dans la baie Aguirre (côte Sud de la Grande Île de Terre de Feu), où ils finirent par mourir de faim, un à un.

En 1855, l’organisation de Gardiner fut reprise sous le nom de la South American Missionary Society, établissant une mission dans l’archipel des Malouines (Falkland, île Keppel). Dans une goélette baptisée Allen Gardiner, les missionnaires parcoururent les eaux  fuégiennes, établissant des contacts avec les Yagans. Ils purent notamment retrouver Jemmy Button, celui-là même qui

avait été amené en Angleterre par Fitz Roy quelques années auparavant.  La stratégie des missionnaires consistait à convaincre des familles yagan de réaliser des séjours dans les Malouines (Falkland) pour connaître les birnfaits de la civilisation anglaise et de la religion anglicane avant de les rendre à leur terre, établissant ainsi une sorte de tête de pont en territoire yagan.

Ce système fonctionne avec succès jusqu’à ce qu’en 1859, les Yahgans assassinent brutalement à Wulaia 8 membres de la mission. Le seul à pouvoir en réchapper fut le cuisinier, qui raconta par la suite ce qui s’était passé, lorsqu’il fut sauvé par un bateau envoyé aux  nouvelles depuis les Malouines (Falkland). Ce massacre (9 novembre 1859), dont le motif demeure inexpliqué, marque un certain arrêt des activités de la Society en Terre de Feu. Tomas Bridges, fils d’un missionnaire, reste sur place pour se familiariser avec la langue et les coutumes Yahgans.

UshuaiaIl faut attendre 1869, pour que le pasteur Waite Stirling, nouveau chef de la mission, tente courageusement de s’établir seul au milieu des Yagans durant 8 mois, dans la péninsule où se trouve actuellement l’aéroport d’Ushuaïa. Le succès de cette expérience, motive la décision d’installer une mission permanente à Ushuaïa sous les ordres de Tomas Bridges, qui devient le premier homme blanc à s’établir définitivement en Terre de Feu (1870). C’est lui qui dirige la mission jusqu’en 1886, quand il prend sa retraite et fonde seul la ferme d’élevage d’Harberton sur les rives du canal de Beagle.

Cet homme hors du commun nous a laissé un dictionnaire yagan-anglais (publié pour la première fois en 1933) où apparaissent près de 32.000 mots et c’est à l’un de ses fils, Lucas, à qui l’on doit une autobiographie publiée sous le nom de « The Uttermost Part of the Earth » (traduite en français par « Aux confins de la Terre »), ouvrage fondamental de la littérature fuégienne.

La colonisation

Les missionnaires anglais établis dans la péninsule d’Ushuaïa étaient les seuls hommes blancs habitants en Terre de Feu jusqu’à ce que le gouvernement argentin établisse, de l’autre côté de la baie d’Ushuaïa, un poste militaire fondant ainsi la ville d’Ushuaïa (1884) et marquant le point de départ de la colonisation du canal de Beagle. À partir des dernières années du XIXe siècle, plusieurs

habitants d’Ushuaïa et quelques chiliens installent des fermes d’élevages sur les côtes de l’île Navarino : la viande produite approvisionne Ushuaïa et la laine se vend à Punta Arenas. En 1928, les autorités chiliennes essayent de fonder un village face à Ushuaïa nommé Puerto Navarino, sans succès durable. C’est seulement en 1953, alors  qu’Ushuaïa recense déjà 2 500 habitants, que la base navale chilienne de Puerto Williams (à l’origine appelée Puerto Luisa) se fonde sur la côte Nord de l’île Navarino.

● Peuplement actuel :

Ushuaïa (en Argentine) est aujourd'hui l'agglomération la plus importante de la région du beagle avec ses 52.0000 habitants. Son activité principale est liée au tourisme : elle a reçu, durant l'été 2004-2005, 157.000 visiteurs. de son côté, Puerto Williams (au Chili), né en tant que base navale, se transforme en 1986 en village civil doté d'une municipalité et d'un maire démocratiquement élu. Actuellement, le village compte quelques 1800 habitants, la loitié d'entre eux étant liés aux activités de la base navale. Le reste de la population vit de la pêche, du tourisme et de commerce, toutes activités modestement développées.

Par sa situation géographique, le canal Beagle est un point de départ ou un lieu de passage important pour divers types de bateaux de passagers qui se dirigent vers l'Antarctique, le cap Horn ou les canaux fuégiens.

ACCUEIL GEOLOGIE INDIGENE EXPLORATEUR ROMANCHE MODERNITE DARWIN