Accueil Exploration Cap Horn Terre de Feu Vidéos À propos
patagonie-terre de feu-cap horn
CONTACT PROGRAMME NAVIGATION ACCUEIL
Croisière exploration
Selectour SylvherVoyages Selectour SYLVHERvoyageS
Selectour SylvherVoyages

Paiement sécurisé

Nos partenaires

Nous allons vous faire aimer le monde …

Bons Plans Voyages

Réservation en ligne

Offres exclusives   

Croisière sur le Rhin

Brochures de voyages

Vol + Hôtel

Cours séjours / Week-end

Séjours

Circuits

Croisières   

Location de vacances

Clubs

Croisières Club Med

Dernières Minutes

Selectour SYLVHERVoyages Charles darwin

Darwin en Patagonie

DarwinIl ne fait aucun de doute que le hasard peut, parfois, jouer un rôle important dans le développement des faits marquants de l’histoire de l’humanité. Ce fut le cas pour Charles Darwin qui eut la possibilité de voyager à bord du Beagle, sans doute l’expérience la plus importante de sa vie et l’étape cruciale dans le développement de ses idées sur l’évolution et l’origine des espèces.

Charles Darwin est né le 12 février 1809 à Shrewsbury, en Angleterre. C’est le cinquième de six enfants. À la mort de sa mère, alors qu’il avait six ans, il est pratiquement élevé par ses soeurs.

En 1825 il commence des études de médecine à l’université d’Édimbourg, études qu’il délaisse, se tournant en 1828 vers des études de théologie au Christ’s College de Cambridge, sous l’impulsion de son père, Robert Darwin, médecin et chef d’entreprise de renom en Angleterre.

Durant cette période universitaire, il fait la connaissance du révérend John Stevens Henslow, professeur de botanique, à qui Charles Darwin doit en grande partie sa passion pour l’histoire naturelle. C’est aussi grâce à lui qu’il put approcher le Capitaine Fitz Roy, ce fut en effet J. Henslow qui lui proposa un poste de naturaliste bénévole aux côtés du Capitaine Fitz Roy. En effet, celui-ci avait besoin d’un compagnon, un gentleman de la même classe sociale, avec qui il sympathiserait suffisamment pour pouvoir cohabiter durant le voyage et qui ne ferait pas formellement partie de l’équipage.

Cette expédition, à l’initiative de l’amirauté britannique, était chargée de réaliser un second périple en vue de terminer les travaux cartographiques commencés lors du premier voyage qui eut lieu entre 1826 et 1830 sous les ordres de Robert Fitz Roy. Celui-ci assuma le rôle de Capitaine durant le premier voyage du Beagle, après le suicide de son premier capitaine, Pringle Stokes, en  Terre de Feu.

Le voyage du Beagle dura presque cinq ans, il quitte la baie de Plymouth, en Angleterre, le 27 décembre 1831 et arrive à Falmouth le 2 octobre 1836.Son premier débarquement en Amérique du sud, en février 1832, eut lieu à Bahía, ou San Salvador, au Brésil, où Charles Darwin consacra son temps à explorer la zone, subjugué par l’exubérance de la végétation et la grande quantité des nouvelles espèces qui se présentaient devant lui.

Charles DarwinAu cours de son exploration vers le sud, il séjourne notamment à Bahía Blanca et plus particulièrement à Punta Alta, lieu de grand intérêt géologique pour lui, où il put appliquer sur le terrain les nouvelles connaissances acquises à travers le premier volume des principes géologiques récemment publié par le géologue Charles Lyell. C’est à cet endroit qu’il trouve d’énormes fossiles d’immenses quadrupèdes éteints. Cette découverte fait naître en lui les premiers doutes quant à ses croyances religieuses.

La destination suivante était le Cap Horn. Lors de ce trajet le Beagle courut le plus grand risque de naufrage à cause de la mer déchaînée et des constants orages, mais il en sortit indemne grâce à la grande habileté de pilote de Fitz Roy.

Le Beagle navigua ensuite jusqu’à l’île Navarino pour remplir une autre grande mission du voyage: rendre à leur terre trois natifs qui avaient été emmenés en Angleterre quelques années auparavant par Fitz Roy qui avait l’intention de réaliser une expérience humaine pour le moins très particulière. La Société Missionnaire de l’Église Anglicane choisit le jeune et inexpérimenté prêtre Richard Matthews qui, en tant que missionnaire, s’assurerait que la semence de la civilisation et le christianisme que Fitz Roy sema en Terre de Feu germent et portent leurs fruits. La rencontre entre Charles Darwin et les natifs de la Terre de Feu engendra une série de commentaires et de préjudices qui affectèrent de manière négative ces ethnies, surtout en ce qui concerne le contact qu’ils eurent a posteriori avec l’Homme blanc. Ils furent cependant utiles à Darwin pour comprendre le processus d’éducation et de civilisation, concepts non innés qui les différenciaient de ces hommes sauvages.

Une fois les natifs Jemmy Button, Jork Minster et Fuegia Basket débarqués dans la baie Wulaia aux côtés du révérend Matthews, le Beagle continua son travail cartographique, en explorant une partie du canal Beagle: l’avenue des glaciers. C’est à ce moment-là que Charles Darwin se distingue comme le premier glaciologue en Patagonie, car il réussit à décrire avec suffisamment de précision les formations géologiques à partir des glaciers préexistants. Quelques jours plus tard, ils retournent dans la baie de Wulaia, où le révérend Matthews doit être secouru, démontrant ainsi l’échec de cette expérience évangélisatrice.

Pour poursuivre sa mission de cartographie, le Beagle se dirige à nouveau vers Montevideo, mais Darwin préfère réaliser des expéditions scientifiques dans la zone puis entreprendre un long voyage à cheval vers le sud à travers la Patagonie argentine, où il réalise, par exemple, de nombreuses observations sur les gauchos ou sur le nandou d’Amérique et ses similitudes avec l’autruche africaine.

Un an plus tard, le Beagle retourne en Terre de Feu où l’équipage retrouve un Jemmy Button revenu à l’état sauvage et qui exprime son intention de favoriser sa propre éducation sur les préceptes enseignés en Angleterre, brisant ainsi les plans évangélisateurs de Fitz Roy.

Après être arrivé dans les Îles Malouines ou Falkland, le Beagle est réparé sur le fleuve Santa Cruz, au Sud de l’Argentine et navigue ensuite à travers le Détroit de Magellan, où une fois de plus Charles Darwin démontre sa grande capacité d’analyse en décrivant, entre autre, la géologie de ce secteur et l’importance des forêts sous-marines.

Voyage de DarwinCommence alors la traversée le long des côtes chiliennes de l’Océan Pacifique et c’est là que Darwin vit des expériences impensées pour un scientifique de cette époque: l’éruption du volcan Osorno, le tremblement de terre de Concepcion ou la découverte de fossiles marins à plus de 4000 m d’altitude, expériences qui génèrent en lui de profondes réflexions sur le contraste entre les préceptes de la Bible et les preuves physiques trouvées sur le terrain.

Cette grande expérience lui permit de développer sa célèbre théorie sur l’Origine Humaine, qui fut publiée seulement 23 ans après le retour de Charles Darwin en Angleterre. Cette théorie provoqua une révolution intellectuelle entre défenseurs et détracteurs qui continue encore aujourd’hui. Selon sa théorie, tous les êtres vivants ont évolué au cours du temps à partir d’un ancêtre commun ou d’un petit groupe d’ancêtres communs, grâce au processus de sélection naturelle. Charles Darwin meurt à Dawne, le 19 avril 1882 et son corps repose aujourd’hui dans l’abbaye de Westminster au côté d’Isaac Newton. Le grand héritage de Darwin en Patagonie se trouve façonné dans la Cordillère Australe qui porte son nom, la cordillère Darwin, et le sommet le plus haut de la cordillère, le Mont Darwin qui culmine à 2.488 m d’altitude. En Patagonie le passage du Beagle et le jeune naturaliste Charles Darwin laissèrent une trace indélébile sur laquelle nous naviguons aujourd’hui pour visiter les paysages immaculés que lui même explora par le passé.

ACCUEIL GEOLOGIE INDIGENE EXPLORATEUR ROMANCHE MODERNITE DARWIN